Notre dossier sur l’environnement est composé de cinq parties, toutes travaillées par chacun d’entre nous :
 
-         La présentation du Sénégal en deux mots ;
-         La faune ;
-         La flore ;
-         Le climat.
 
 
Nous avons traité chacun de ces thèmes de façon à faire un lien avec Kaydara, plus ou moins important ou évident
selon les sujets.
 
Dans notre groupe, nous sommes quatre élèves de cinquième (un ou deux garçons et deux filles). Nous avons reçu la visite de Gora N’diaye en classe, accompagné de la trésorière de l’association Jardin d’Afrique, ce qui nous a grandement aidé pour nos recherches.
 
 
La présentation du Sénégal en deux mots
 
 
     Le Sénégal se trouve en Afrique, entouré par la Mauritanie, la Mali, la Guinée-Bissau et la Guinée. Ce pays est bordé par l’océan Atlantique et traversé par le fleuve Sénégal. Sur les rives du Sénégal (fleuve), se trouve la Gambie du Sénégal (pays). Sa capitale est Dakar (1500 000 Habitants) ; les autres villes importantes sont M’Bour, St Louis et Djourbel. Au Sénégal, on parle plusieurs langues : français, wolof, toucouleur, peul, bambara.
 
 
 
 
Le Sénégal en chiffres
 
 
Superficie : 196 720 km²
Superficie de la France : 549 192 km²
Population : 11 000 000 d'habitants
Population en France : 67 9000 000 habitants (avec les DOM-TOM)
Population au km² : 48,3 hab./km²
Population au km² en France : 106,8 hab./km²
 
 
Mais où est donc Kaydara ?
 
La ferme agro-écologique se trouve au Sud de Dakar.
 
                                                                                                                                                                             Cyrielle G. 5eC
La faune
 
 
         Avant les années 50-60, la faune du Sénégal était très riche. La biodiversité, pourtant importante, fut extrêmement réduite à cause de la colonisation française du développement économique qui s'en est suivi et d'une augmentation de la croissance démographique. On exploita les ressources des sols et la vie sauvage fut repoussée de plus en plus loin.
         Autrefois, il y avait des éléphants, des lions, ainsi que beaucoup d’autres grands mammifères. Malheureusement, l’homme les ont chassés.
         Aujourd’hui, il n’y a presque plus de grands mammifères. Il reste néanmoins des antilopes et des phacochères et de nombreuses variétés de poissons et d’oiseaux.
  
A Kaydara, on élève très peu d’animaux, mais voici une petite anecdote sympathique :
 
            Gora N’diaye n’avait pas mis de barrières autour des terres réservées aux cocotiers, à Kaydara ; alors des chèvres un peu trop gourmandes le firent changer d’avis (elles mangeaient les cultures des élèves fermiers) ; il fit installer des clôtures pour protéger la ferme de ces attaques d’herbivores et expliqua aux villageois l'intérêt qu'aurait le village de Kaydara à laisser pousser des cocotiers. 
 
Caroline B. 5eC
 
La flore
 
 
           
Il existe, au Sénégal, une grande diversité de végétaux. Du nord au sud, de l’est à l’ouest, la végétation change du tout au tout. Au nord-est, on s’approche du désert du Sahel, la végétation est donc plus clairsemée et composée essentiellement de broussailles. Par contraste, au sud, les arbres sont plus luxuriants, les fleurs, les arbrisseaux sont plus fréquents.
 
            On trouve, partout dans le pays, des arbres aux particularités qui, en plus de servir les intérêts des hommes, peuvent ralentir la désertification (exemple : le cocotier, l’arbre aux cent usages). De plus, il y a d’autre plantes (des fleurs, par exemple) qui sont très utiles. On en cultive certaines à Kaydara (ex : des plantes médicinales).
 
 
 
 
Le fruit de Neem sert à protéger les cultures. En effet, une fois mélangé avec de l’eau et du savon, il devient un excellent insecticide.
 
 
 
                                                                                                                                                                                    Caroline B. 5eC