I - L'érosion du littoral :

 "L’érosion du littoral est l’un des problèmes environnementaux les plus importants pour les pays côtiers d’Afrique de l’ouest." C’est ce qui ressort des processus africains, un projet conçu en 1998 lors de la conférence parafricaine pour l’aménagement intégré des zones côtières (PACSICOM) et soutenu pour la commission océanographique intergouvernementale (COI). A l’initiative de onze pays sud-sahariens, le Processus africain a analysé la situation des côtes dans cette région.

On estime par ailleurs que 20 % du phénomène est dû à l'élevation du niveau de la mer. Depuis une vingtaine d'années, la houle semble également plus forte. Les changements climatiques, qui modifient les vents d’ouest, sont peut-être aussi en cause. Il y a des indices, mais les données manquent pour l’affirmer.  

      En Afrique l’océan Atlantique engloutit en moyenne un à deux mètres de plage par ans. 700 km du littoral est concerné par ces problèmes : plus de la moitié de la population vit sur les côtes, où sont installés 85% des industries et services, notamment les deux premières ressources du pays, la pêche et le tourisme. La menace est bien réelle. A Mbao au sud de Dakar, une mosquée a été inondée par la mer. Un peu plus loin à Sally, des installations touristiques ont dû être abandonnées.
II- Exemple de l’érosion littorale :
 
Depuis 1937, le littoral de Rufisque recule à raison d' 1,30 m par an. La principale caractéristique de cette évolution est sa grande variabilité spatio-temporelle. Elle est due à des facteurs locaux. L’évolution du niveau marin n’explique que 17% du recul. Les côtes sénégalaises sont très affectées par une accélération de l’élévation du niveau marin due au réchauffement global. La majeure partie des pertes de terres sera due à l’inondation des zones estuariennes.
« Le mur est tombé juste devant chez moi, déplora-t-elle. Quand la pluie tombe, la mer avance. Dans 15 jours, ma maison sera inondée. »
« En 1986, quand des tombes du cimetières ont été emportés les gens ont pris conscience du problème et un mur parallèle à la côte a été bâti en 1991. »
 
 
      Maxime, Nicolas, Antoine & Kevin